adala-asso

adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso
Menu principal
Navigation dans les sujets
Recherche
Qualité de l'air
Compteur de visites
Total: 893535 visitors893535 visitors893535 visitors893535 visitors893535 visitors893535 visitors
Today:
Total: 0324 visitors0324 visitors0324 visitors0324 visitors
You: 0035 visitors0035 visitors0035 visitors0035 visitors

1 utilisateur(s) en ligne
Membre(s): 0
Invité(s): 1

AdALA Association des Amis du Littoral d'Anglet

Presse AdALA : Quand Adala philosophe … - La Semaine du Pays Basque
Posté par Adala le 20/05/11 (1628 lectures)
Presse AdALA

Quand Adala philosophe …                 La Semaine du Pays Basque      20 Mai 2011
Amaury Guillem

La septième édition des Rencontres de Chiberta se tiendra le 27 mai 2011 à 18h30 à l’hôtel Atlanthal. Alors que les éditions passées se penchaient à chaque fois sur un enjeu technique comme l’érosion des plages ou les déchets, celle de 2011 prendra un peu de hauteur en abordant la question du rivage sous l’angle philosophique. Une première.

Dans de nombreuses traditions, religieuses ou non le chiffre 7 est symbole d’une totalité, mais une totalité en mouvement. Consciemment ou non, c’est sans doute cela qui a poussé les membres de l’Association Des Amis du Littoral d'Anglet (Adala) à prendre un peu de recul pour leur septième Rencontre de Chiberta : « On voulait sortir de la technique pure, qui avait fait l’objet de conférences les années passées, explique son président, Alain Peltier. Puis, au fur et à mesure des discussions et des rencontres, on a eu envie de creuser la question du rapport que l’homme entretien avec le rivage puisque c’est de ce rapport que peuvent surgir des problèmes, comme l’érosion des plages ou la multiplication des déchets, mais aussi des solutions.» À une époque où vivre sur le littoral semble être de plus en plus dangereux - l’imaginaire collectif pense désormais immédiatement aux tsunamis -, pourquoi cette migration continue de l’homme vers la mer ? Pourquoi cette attirance ? Pourquoi cette tentation de conquérir et de dominer l’espace maritime? Autant de questions qui méritent d’être posées : les initiatives prises à l’avenir par l’association ne pourront en être que plus pertinentes ...

Pour visualiser l'article , cliquer En savoir plus... ou La suite...



... Pour y répondre, Adala a fait appel à Christophe Lamoure (clamoure.overblog.com), philosophe qui a ouvert l’école Kalos, à Anglet « Je crois que le bord de mer fait partie de la mythologie moderne, au sens où l’entend Roland Barthes. C’est un lieu qui attire l’homme parce qu’il représente l’esprit du temps nous avons une conception de l’existence de plus en plus hédoniste et le littoral est cet espace du plaisir, du loisir, du repos, un espace aussi où les corps s’exposent, le sien comme celui des autres. Depuis la fin du 19ème, le rivage est devenu comme un petit paradis, par contraste avec le petit enfer de la vie. » Révolution industrielle, urbanisation, puis congés payés de nombreux éléments historiques expliquent ces changements qui ont fait se déplacer le « centre de gravité » de l’existence. Aujourd’hui, on travaille autant pour pouvoir se payer des vacances que pour le travail en lui-même. Autrefois, la place des loisirs étant quasi-inexistante, on ne se posait pas la question, comme, d’ailleurs, on ne se la pose pas dans les pays en voie de développement : dans la plupart d’entre eux, la mer reste un lieu utilisé pour la pêche, mais on ne s’y baigne guère. Certaines cultures continuent même de la percevoir comme un espace dangereux. Et l’histoire récente a montré qu’elles ont raison. Alors comment analyser ce rapport nouveau au littoral ? Pourquoi cette envie de domestiquer la mer ? Quel impact de l’homme sur les milieux se battre contre la nature, n’est-ce pas perdu d’avance ? Au final, la mer va-t-elle redevenir un enfer ? En s’appuyant sur certaines réflexions déjà proposées sur le sujet, Christophe Lamoure développera sa propre pensée et la fera partager.

« Quand on est trop dans la technique, il faut savoir faire des pauses, termine Alain Peltier. Et on va en faire une comme ça, mais sans que ce soit déconnecté de notre action : dans 10 ans, on aura 4.000 habitants de plus à Anglet. Ça pose forcément des questions de circulation, de logement, de saturation des plages. Se poser ces questions, c’est mieux répondre à ces enjeux demain. » Et tout le monde est invité à venir se les poser. Entrée libre, à l’hôtel Atlanthal le 27 mai à 18h30. Informations au 05 59 63 86 36 ou sur www.adala-asso.com



Autres articles
01/01/14 - Vous êtes sur l'ancien site AdALA
17/07/13 - Avis sur le projet du SCoT de l’Agglomération de Bayonne et du sud des Landes
28/06/13 - Réponse Mairie - Etude de valorisation écologique paysagère et urbaine de la zone littorale
27/05/13 - Etude de valorisation écologique paysagère et urbaine de la zone littorale
04/05/13 - IXes Rencontres littorales de Chiberta - brèves
25/04/13 - Le littoral, ce bien très précieux - Sud Ouest
09/04/13 - Réponse Mairie - Loi relative à la majoration des droits à construire
07/04/13 - Recueil d’avis sur le DOO du Scot version janvier 2013
02/04/13 - IXes Rencontres littorales de Chiberta : Surfez la vie ...
15/01/13 - Réponse Mairie - Installation d'une unité de méthanisation

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Association loi 1901 déclarée le 15 octobre 1956 - adala@adala-asso.com - CNIL N°1028476 - Réalisé avec XOOPS © 2001-2010 par Adala