adala-asso

adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso adala-asso
Menu principal
Navigation dans les sujets
Recherche
Qualité de l'air
Compteur de visites
Total: 893538 visitors893538 visitors893538 visitors893538 visitors893538 visitors893538 visitors
Today:
Total: 0327 visitors0327 visitors0327 visitors0327 visitors
You: 0038 visitors0038 visitors0038 visitors0038 visitors

1 utilisateur(s) en ligne
Membre(s): 0
Invité(s): 1

AdALA Association des Amis du Littoral d'Anglet

Courriers divers : Recueil d’avis sur le DOO du Scot version janvier 2013
Posté par Adala le 07/04/13 (1001 lectures)
Courriers divers

Monsieur le Président,

Objet : Recueil d’avis sur le DOO du Scot version janvier 2013 – Agglomération de  Bayonne et du Sud des Landes.   15 mars 2013

Nous vous prions de trouver ci-après les commentaires de notre association AdALA, Association des Amis du Littoral d'Anglet que vous avez sollicitée dans le cadre de votre démarche de recueil d’avis sur le Document d’Orientation et d’Objectifs du SCoT dans sa version de janvier 2013.

A l’aune de l’objet même de notre association et de notre périmètre de compétences : le littoral océanique & fluvial et les terres associées, et après lecture de ce projet de Document d'Orientation et d'Objectifs, nos réflexions sont les suivantes :

·    le SCoT et donc le DOO se doivent d’être prospectifs et respectueux des équilibres, et répondre véritablement, entre autres, à la problématique Littoral : en promouvant une gestion raisonnée, intégrée, équilibrée et différenciée du littoral dans l’intérêt général des générations futures. Le SCoT de l’Agglomération de  Bayonne et du Sud des Landes gagnerait à se différencier par une réponse spécifique, ambitieuse voire avant-gardiste à cette thématique.

·    il est quand même extraordinaire que dans ce document majeur qu'est le document d'orientation et d'objectifs, c'est à dire rien moins que la vision stratégique du SCoT à moyen terme pour un bassin de vie remarquable de 250.000 habitants évidemment caractérisé par une façade atlantique hautement structurante, et qui a nécessité plusieurs mois d'élaboration, le seul chapitre du DOO qui commence par "la rédaction de ce volet du DOO n'ayant pas été présentée de manière détaillée aux élus, seule la structure est développée ici. Elle pourrait néanmoins connaitre des évolutions, en lien avec les apports de la concertation" soit précisément le chapitre consacré à un "projet intégré pour le littoral" (partie II, chapitre 3). Comme pour le PADD du SCoT, il faudra attendre la 2ème mouture du DOO pour lire un chapitre pertinent sur le littoral ; ce faux pas révèle une fois de plus que le littoral n'est pas considéré comme un thème directeur dans l'élaboration des choix publics sur le territoire du SCoT, et ceci est regrettable ...

Pour visualiser la suite du courrier, cliquer En savoir plus... ou Lire la suite...



·    concernant la mise en œuvre de la loi Littoral, le DOO note (p.80) : "Le rapporteur signalait par ailleurs que le caractère peu normatif de la loi, qui pose surtout des principes, devait autoriser une certaine souplesse d'interprétation, tout en signalant que le juge administratif serait vraisemblablement conduit à jouer un rôle essentiel dans l'application des textes". Et ajoute : "Pour aménager et protéger le littoral, le SCoT apparait comme l'échelon géographique pertinent car il permet de dépasser la logique communale, de planifier les projets majeurs pour le développement équilibré du territoire et de faire jouer les solidarités nécessaires à la protection de paysages emblématiques et de vastes ensembles naturels". AdALA partage cette approche. Fort de ceci, et sachant que le SCoT s'impose aux PLU communaux, on ne peut que regretter que le DOO ne soit pas beaucoup plus volontariste, directif dans l'exégèse de la loi Littoral appliquée à notre territoire. Il serait raisonnable, voire signifiant, que le DOO interprète la loi pour poser ses propres principes de définition des Espaces Proches du Rivage, de coupures d'urbanisation, de capacité d'accueil, etc ..., à charge pour les communes littorales du SCoT de reprendre ces définitions et de les décliner dans leurs propres documents (PLU, PLH, PDU, ...).

·    le PADD adresse clairement la mise en valeur de chacune des trois trames : littorale, bleue et verte : paragraphes spécifiques, définitions dans l’annexe, cartographie dans le document de synthèse du PADD et reprise en introduction de la partie II du DOO ... Ces trois thèmes majeurs doivent donc être traités et transcris séparément tout en assurant une cohérence systémique ; les réponses, les principes afférents doivent être formellement identifiés dans le DOO.

·    La première orientation stipulée en partie II, chapitre 3 : "Défendre le caractère urbain du littoral du Scot" prête à confusion. Nous suggérons "Préserver la trame littorale du Scot». Parce que ce territoire est très attractif et donc très sollicité, le DOO doit inscrire :

        • la protection du socle naturel, paysager et écologique de ce territoire, qu'ils soient exceptionnels comme les espaces et sites naturels littoraux ou plus ordinaires. Ces espaces remarquables du littoral se doivent d’être identifiés.

        • en complément (« en creux ») de ce socle naturel protégé, une urbanisation raisonnée basée sur une limitation des extensions urbaines.

·    pour ce qui est la bande des 100m et de l'aléa Erosion, le DOO est silencieux "dans l'attente de la mise en œuvre de la stratégie régionale de gestion du trait de côte, le SCoT tient compte de l'aléa tel que défini par le GIP Littoral Aquitaine". Cette attitude est pour le moins timorée.

·    pour ce qui est des Espaces Proches du Rivage (EPR) le texte porte peu d’ambition. Pour éviter les incompréhensions de leurs délimitations, du type de celles faisant suite aux EPR définis dans le PLU d’Anglet en cours de révision, certains critères complémentaires pourraient être énoncés sur les espaces urbanisés : des ruptures de formes urbaines et/ou infrastructures existantes urbaines, voire des notions de temps de déplacement doux piétonnier ou cycliste. Après qualification de ces espaces proches du rivage de manière différenciée, les capacités d’accueil correspondantes devraient être systématiquement précisées. Des principes de non-régression de la délimitation des EPR et de continuité harmonieuse aux limites des communes sur la référence la plus importante devraient être inscrits.

·    concernant l'urbanisation et la consommation foncière, le DOO affiche p.43 : "en dehors de l'enveloppe de centralité urbaine, le SCoT requiert une limitation des développements urbains. En fonction des contraintes auxquelles elles sont soumises, les communes identifieront et justifieront les limites au-delà desquelles il n'est pas souhaitable à long terme d'étendre l'urbanisation". Il est dommage qu'en établissant son PLU avec des critères généreux de zonage, de COS et de subdivision sur les zones UC, la commune d'Anglet n'ait pas été plus courageuse dans la déclinaison de cette recommandation du SCoT.

·    pour ce qui est de la consommation foncière, l'orientation du SCoT visant à "renforcer les centralités existantes par des actions de renouvellement urbain et d'épaississement du tissu existant" va bien dans le sens d'une densification des centres, seule option pour absorber une population croissante sans dénaturer la ville de quartiers qu'est Anglet, tout en réduisant les flux entre services et usagers.

·    le DOO adresse la problématique économique sous un angle qui éclaire un des objectifs d'AdALA : la promotion d’une gestion raisonnée, intégrée et équilibrée de notre littoral. AdALA est favorable à un développement économique de notre territoire, seule opportunité de maintenir sur place un tissu de forces vives et éviter de se prémunir des excès observés sur d'autres littoraux français, sous réserve du caractère raisonnable et durable de ce développement. Les deux activités principales abordées dans ce chapitre Economie du DOO (p.33) rejoignent nos préoccupations : le port et le tourisme. Et nous nous retrouvons dans les grands principes énoncés pour chacune d'elles, principes repris notamment dans un de nos derniers courriers relatif au schéma d'aménagement du port de Bayonne :

        • préserver les infrastructures portuaires dans une logique industrielle et logistique en réservant l'équipement portuaire aux entreprises qui ont un besoin d'accès aux quais. La présence du port, ouverture vers la mer, est en effet une chance pour le territoire notamment dans une perspective de transports alternatifs à l'avenir. Cependant, le port a la particularité d'être situé dans un environnement urbain dense et des efforts d'intégration dans la ville doivent être faits

        • diversifier l'offre touristique. Le tourisme balnéaire a fait de la côte basco-landaise une destination de renommée internationale. Pan économique essentiel pour le territoire, le tourisme s'appuie sur des atouts naturels, fragilisés par de fortes pressions, qu'il faut protéger. La diversification de l'offre touristique et son étalement calendaire peuvent y contribuer. Le territoire doit accompagner de nouvelles formes de tourisme émergentes, notamment au niveau du cluster tourisme, pour proposer une offre touristique globale avec des retombées profitant à l'ensemble des territoires (tourisme urbain et culturel, écotourisme, tourisme de pays, etc ...)

·    il est plusieurs fois question dans le document de communes littorales, d'axe littoral, de centralité littorale. On y parle des villes littorales et de leur chaînage, nous notons que toutes les villes littorales adjacentes sont connectées (Ondres avec Boucau, Boucau avec Bayonne, Bayonne avec Anglet, etc ...) mais qu'il n'y a qu'un seul contre-exemple : Anglet et Boucau, bien qu'adjacentes, ne sont pas reliées. Quand le DOO recommande (p.53) de "développer les liaisons inter-quartiers en privilégiant les transports collectifs et les modes doux" ou (p.55) de "développer le maillage cyclable et les modes de déplacements doux", un projet de passerelle cyclable et/ou navette entre Anglet et Boucau par dessus (ou par dessous) l'Adour pourrait être envisagé. Ce projet serait à la fois une œuvre structurante au niveau du SCoT (connexion intercommunale, projet fédérateur), une œuvre architecturale (une arche sur l'Adour), une offre de déplacement en mode doux à vocation notamment touristique en offrant un accès à la patinoire et à La Barre d'une part, et aux plages landaises d'autre part.

·    nous suggérons aussi une requalification complète des berges de l’Adour afin d’assurer une accessibilité à tout un chacun (continuité et liberté de passage tout au long des 2 rives), et donc une protection inscrite par zonage spécifique dans les documents d’urbanisme. Une reconquête des berges de l’Adour !

·    par ailleurs, nous estimons que la version actuelle du DDO ne reprend que partiellement les conseils du Guide d’application de la Loi Littoral en Aquitaine diffusé par la Préfecture de la région Aquitaine et nous pensons qu’une prise en compte de certains travaux réalisés, certaines dispositions retenues par le SCoT bassin d’Arcachon val de l’Eyre seraient porteurs d’exemples et de sens dans vos réflexions, vos propres travaux et vos prises de décision. Nos deux bassins de vie présentent certaines similitudes et ils seront, sur la côte Aquitaine, les plus soumis à une très forte pression démographique dans les prochaines décennies.

·    enfin, nous avons noté en p.81 qu'Anglet était qualifiée de ville "californienne", en comparaison avec Bayonne ville port de commerce et Biarritz port de pêche devenu cité balnéaire. Même si nous y trouvons des surfeurs et quelques maisons bleues, que le SCoT nous préserve des dérives hollywoodiennes !

Nous espérons, Monsieur le Président, que notre contribution sera utile aux réflexions du syndicat et nous vous confirmons qu'AdALA répondra toujours favorablement à toute sollicitation de concertation.

Merci de votre écoute et dans l’attente de vous lire,

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, ...




Autres articles
01/01/14 - Vous êtes sur l'ancien site AdALA
17/07/13 - Avis sur le projet du SCoT de l’Agglomération de Bayonne et du sud des Landes
28/06/13 - Réponse Mairie - Etude de valorisation écologique paysagère et urbaine de la zone littorale
27/05/13 - Etude de valorisation écologique paysagère et urbaine de la zone littorale
04/05/13 - IXes Rencontres littorales de Chiberta - brèves
25/04/13 - Le littoral, ce bien très précieux - Sud Ouest
09/04/13 - Réponse Mairie - Loi relative à la majoration des droits à construire
07/04/13 - Recueil d’avis sur le DOO du Scot version janvier 2013
02/04/13 - IXes Rencontres littorales de Chiberta : Surfez la vie ...
15/01/13 - Réponse Mairie - Installation d'une unité de méthanisation

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Association loi 1901 déclarée le 15 octobre 1956 - adala@adala-asso.com - CNIL N°1028476 - Réalisé avec XOOPS © 2001-2010 par Adala